L'assurance credible de vous informer sans deformer

Nord-Kivu : des rescapés d’une attaque attribuée aux rebelles des ADF secourus par la MONUSCO à Beni.

 

Deux femmes blessées lors de l’attaque attribuée aux rebelles des ADF jeudi soir au Quartier Nzuma dans le village de Mavivi-Ngite, à environ 2 km de l’aéroport de Beni/Mavivi, ont été secourues par des casques bleus tanzaniens de la Brigade d’intervention de la MONUSCO (FIB) qui les ont transportées du lieu de l’attaque à l’hôpital général de référence de Beni pour des soins.

Selon des sources sécuritaires et de la MONUSCO, c’est peu avant 21 heures locales que des hommes armés assimilés aux rebelles des ADF ont fait incursion dans le quartier Nzuma du village de Mavivi, situé à une dizaine de kilomètres de la ville de Beni sur la route d’Oicha. Selon le chef de cette localité interrogé par Radio Okapi, ces rebelles ont tué quatre civils à la machette dont deux enfants de moins de 10 ans. Ils en ont également blessé cinq autres, toujours à la machette, dont les deux femmes qui ont été transportées vers l’hôpital de Beni dans une ambulance des casques bleus tanzaniens de la MONUSCO. 

Aussitôt alertés, l’armée et les casques bleus de la MOUSCO (népalais, tanzaniens et kenyans) sont intervenus ; malheureusement, les assaillants avaient déjà disparu dans la nature. Du coté des forces de défense et de sécurité congolaise, on parle d’un rebelle « neutralisé ».

La force de réaction rapide kenyane (KenQRF) de la MONUSCO a patrouillé toute la nuit dans la zone, pour empêcher toute nouvelle attaque des rebelles et rassurer les populations prises de panique. En cette veille de ramadan et selon des analystes et le modus operandi de ces rebelles, ces derniers chercheraient à s’approvisionner en nourriture, médicaments et armes. La MONUSCO va intensifier ses patrouilles dans la zone. 

 Ce vendredi matin, une vive tension a régné à Mavivi-Ngité où s’est produite l’attaque jeudi soir. La population est descendue dans la rue pour protester contre la mort des civils tués. Les forces de sécurité sont intervenues pour rétablir l’ordre public. A l’heure qu’il est, le calme est revenu dans la zone. C’est la deuxième fois en l’espace d’une semaine que la localité de Mavivi- Ngite est ciblée par une attaque attribuée aux ADF.

Constant Same Bagalwa