L'assurance credible de vous informer sans deformer

Ituri: Luboya met en nu les attitudes des certains clergés de l'église et rassure qu'il fera jamais l'exploitation de l'or

 

Comme dans ses habitudes de rendre compte à sa population, le gouvernement militaire a devant la presse ce vendredi 15 Mars à bunia, fustigé les attitudes des certains clergés de l'église catholique en Ituri, c'est par rapport à la persistance de l'insécurité grandissante en Ituri.

Selon Le lieutenant général Luboya, certains abbés et chef religieux vilipendent son nom en le traitant du collaborateur des groupes armés de l'ituri parcequ'il ne répond pas favorablement à leurs desideratas.

"Je suis prêt à partir maintenant si on me dit de partir, je partirai comme un bon militaire.

Moi, je collabore avec, je ne sais pas codeco et Zaïre et je fais les mines avec les codeco et zaires est ce que vous vous rendez comptes? Malheureusement certains abbés disent ça aussi même les religieux disent ça, ils vont à l'église là bas, ils disent que le gouverneur fait...

Quand ils viennent ici me demande l'argent, je leurs dit que je n'ai pas d'argent, ils quittent allez voilà. Ils viennent ici ils me demandent l'argent ahh non mon général, je n'ai pas d'argent ! Ah on peut faire l'or... Je dis je ne fais pas l'or. Ils se connaissent maintenant là et maintenant que je suis entrain de parler. Je suis sur." a dit avec un ton ferme le Gouverneur Luboya.

Cependant, rejetant l'offre de ses  détracteurs, ces derniers lui traitent de tout les mots affirme le patron de l'état de siège en Ituri.

" Ils me demandent l'argent parce qu'on est chef religieux, donnez moi un 300 milles dollars, donnez moi ceci je dis non, je n'en ai pas! je rentre la bas, ils commencent à me traiter de tous les noms." a t il  renchéri.

Et de marteler 

"Je ne suis ni un bandit, ni un voleur."

Cependant, le gouverneur militaire met en garde tout ses détracteurs ajoutant que les intimidations des clergés ne lui feront pas partir. 

"Et si vous voulez me faire partir, vous pensez que vous avez ce pouvoir là, faites moi partir mais ne serai jamais exploitants d'or et ne serai jamais voleur et je ne serai jamais criminel" conclut-il.

Constant Same Bagalwa