L'assurance credible de vous informer sans deformer

Ituri: Les Détracteurs de Luboya profitent-ils de sa récente sortie médiatique pour inquiéter certains clergés catholiques ? (Analyse)

 

C'est depuis très bientôt 3 ans que l'ituri et le Nord Kivu deux provinces de l'est de la RDC vivent sous état de siège, une mesure instaurée par le chef de l'État pour endiguer avec L'insécurité grandissante caractérisée par des massacres de civils à grandes échelles mais la situation n'a pas encore été maîtrisée, des civils demeurent toujours des cibles des groupes armés les amenant à un désespoir. 

Des acteurs politiques et des communautés ne sont pas fatigués de la montée en flèche de cette insécurité, les amenant à réclamer haut et fort le levier de l'état de siège car ils estiment qu'il a montré ses limites.

En Ituri, L'église joue t-elle son rôle correctement dans la gestion de la crise sécuritaire ?

Comme à la coutumer, l'église joue un rôle très prépondérant, c'est notamment à prier pour le retour de la paix mais aussi de rappeler aux autorités compétentes ce qu'elles doivent faire effectivement pour l'intérêt supérieur de la population.

L'église catholique s'investit pour la recherche de la paix en Ituri et pose beaucoup d'autres actions.

Pendant ce temps, les autorités de l'état de siège travaillent dur pour le retour de la paix en ituri, c'est notamment par les opérations militaires mais aussi par les dialogues inter groupes armés et aussi les communautés.

Alors, Qu'est ce qui a poussé alors au gouverneur Luboya à parler des clergés de l'église catholique devant la presse ?

D'abord, il faut noter ici que la récente sortie médiatique du gouverneur militaire avait été mal orienter et n'a pas choisi le moment pour mettre en nu les clergés et les abbés catholiques qui selon le gouverneur militaire, ces derniers parleraient mal contre lui en l'indexant dans l'insécurité de L'Ituri parce qu'il n'avait pas honoré leurs demandes d'une somme estimée à 300 000$ dollars américains d'un côté et de l'or de l'autre. Ici, l'autorité allait carrément se réserver et ignorer la question quand bien même elle vénérait d'un journaliste lors de son point de presse, le vendredi dernier à l'esplanade du gouvernorat de province.

Cependant, L'église dans sa mission prêche l'évangile dans la vérité et n'a jamais cité le nom de quelqu'un du haut de l'autel. Et en plus l'évangile est prêché sans complaisance.

En ce qui concerne l'affaire "demande de 300 milles dollars" que certains clergés demandaient au gouverneur, d'abord il faut savoir ici que si les serviteurs de Dieu avaient demandé de l'argent, c'est l'argent de la province et pas le fond propre du gouverneur. Mais l'idéal serait de zapper la souffrance pour n'est pas donner force aux détracteurs de voiture, ils sont nombreux.

Cette guerre froide peut trouver une solution rapide ?

Oui ! Mais tout dépendra du gouverneur militaire qui a toujours prôné le dialogue pour trouver une solution à un problème quelques soit sa dimension. Et la bonne façon de le faire, c'est d'aller vers son église en tant que fidèle catholique pour échanger avec les responsables et si possible rencontrer les chrétiens afin de dissiper tout mal attendu, pour que l'église catholique et le gouverneur militaire ne pourrait pas se regarder en chien défectueux, afin que la paix règne entre les deux partis et qu'ils arrivent à conjuguer les efforts pour la paix entre ces populations qui entendent beaucoup de ces deux dirigeants, mais l'évêque veut avoir les noms auprès du gouverneur militaire des prêtres qui étaient partis quémander l'argent et de l'or, les noms traînent d'arriver. D'aucun se pose la question de savoir si les prêtres auraient fait des navettes au gouvernorat a la quête d'argent et de l'or? Attendons voir la suite de l'affaire!

Constant Same Bagalwa