L'assurance credible de vous informer sans deformer

Irumu : La population du groupement kabarole soumise à des taxes illegales plaident au secours du gouverneur militaire

 


C'est depuis maintenant plusieurs semaines que les populations du groupement kabarole dans la chefferie de bahema d'irumu en territoire portant le même nom payent des taxes sur quelques barrières érigés par des civils.

Plusieurs sources dans la region qui confirment cette information pointent du doigt le chef du groupement kabarole qui aurait installé ces fils sur ces barrières pour collecter des sommes d'argent ou soit des vivres pour chaque cultivateur qui emprunte la route shari menant à nderembi en passant par kabarole jusqu'à balazana des entités du territoire d'irumu à l'ouest de la ville de bunia.

"Chaque fois que nous sortons du champs, il ya un surdi (barrière) on nous dit que c'est pour le chef du groupement. Quand notre chef était sorti du pouvoir nous avions fort regrettés et on réclamait sa réhabilitation. Aussitôt retourner, il instaure les taxes en défaveur de nous habitants et nous ne circulons pas librement, nous pleurons ici" se plaint un habitant rencontré.

Et d'ajouter: Quand tu transporte même un tas de bois de chauffe tu es sommet de payer 3000 FC ( trois milles franc) jusqu'à 5000 FC ( cinq milles franc) . C'est nous les enfants du milieu qui payons ces argents avant de passer."

"Je suis à nderembi ici sur place, je venais du champs et j'étais contraint de payer faute de quoi, je n'aurais pas passer. Et si tu transporte par exemple un sac de braise tu dois laisser aumoins deux bassins et si tu transporte les légumes tu payent 3500 fc" explique un autre habitant sous anonymat 

Ces habitants qui payent les lourds tribus plaident pour l'implication des autorités compétentes afin de stopper cette pratique qui fait souffrir d'avantage ces habitants déjà pauperiser par la guerre.

En réaction, le chef Ndurulire David rejette toutes ses allégations les qualifiants de non sens et dénonce des manipulations des quelques individus qui n'aiment pas le développement du groupement kabarole.

Signalons que la lois régissant le pouvoir coutumier autorise à chaque population de verser une partie de la production au groupement en vue de son fonctionnement de l'entité.

Constant Same Bagalwa