L'assurance credible de vous informer sans deformer

Beni /Nord Kivu : une trentaine de militaires des FARDC formés sur les combats de jungle par la MONUSCO

Dans un endroit densément boisé des environs de Beni au Nord-Kivu, des militaires des FARDC, par groupes et accompagnés de casques bleus brésiliens de la MONUSCO, scrutent leurs boussoles en quête d’une direction et d’un repère... Ils sont tenus de retrouver, dans ce bois dense et grâce à des coordonnées inscrites sur un papier, une position bien précise. Le trajet est jonché d’obstacles de toutes sortes, naturels comme des cours d’eau, mais aussi probablement de positions ennemies. Et il faut savoir surmonter ou contourner tous ces obstacles et mener la mission à bon port…

Il s’agit là d’un scénario de mise en pratique de l’un des modules de formation destiné aux militaires des FARDC. Trois semaines durant, ces soldats ont été outillés entre autres : sur les techniques et tactiques de combats de jungle ; ils ont également appris comment se déplacer et s’orienter de jour ou de nuit dans la jungle, comment affronter un ennemi ou prendre en charge des blessés, ou encore nager pour pouvoir franchir un cours d’eau. Leurs formateurs, une équipe de casques bleus brésiliens, sont spécialisés dans les combats de jungle.  

Pour le chef de bureau de la MONUSCO Beni, Josiah Obat, cette formation tombe à point nommé, car « les casques bleus brésiliens sont nés dans la jungle et connaissent donc bien les combats de jungle. Les FARDC sont aussi nés dans la forêt de Beni, ils doivent connaitre à combattre dans la jungle, car l’ennemi qu’ils combattent, les ADF, opèrent dans la jungle. » 

Et le Commandant de la Brigade d’intervention de la MONUSCO (FIB), le général Alfred Matamba, de renchérir : 

« Conformément à la Résolution 2717 du Conseil de sécurité de l’ONU, nous devons travailler en étroite collaboration avec les FARDC afin de pouvoir mener efficacement des opérations qui permettront de résoudre les problèmes sécuritaires de cette région. »

Cette formation est d’autant opportune que la zone de Beni est en effet en proie aux attaques presque quotidiennes des rebelles des ADF. Ils opèrent justement à partir des forêts où ils se replient chaque fois après leurs attaques. Le capitaine Rombaut Mukoka, l’un des apprenants, se dit optimiste : 

« Grâce à cette formation, nous avons une valeur ajoutée pour vaincre les groupes armés et rétablir la paix. Nous avons désormais des connaissances qui nous donnent l’avantage sur l’ennemi, de jour comme de nuit ».

À noter que pour la durée cette formation, la MONUSCO a décidé de mettre la trentaine d’apprenants dans les conditions les meilleures qui soient : installation de tentes pour leur hébergement dans un camp militaire des FARDC, avec fourniture d’eau, d’électricité et de repas quotidiens, aménagement de sanitaires…. Quant au gouvernement brésilien, il a promis aux six meilleurs apprenants un séjour au Brésil pour approfondir leurs connaissances.

Constant Same Bagalwa