L'assurance credible de vous informer sans deformer

Haut-Uele : le peuple a opté pour le changement, qui suis-je pour aller à l'encontre...(le député provincial Jacques Anzatepedanga après la session extraordinaire inaugurale)



Au sein de l'Assemblée Provinciale du Haut-Uele au Nord-est de la République Démocratique du Congo, les députés provinciaux récemment proclamés par la Commission Électorale Nationale Indépendante CENI, après les  élections générales du 23 décembre 2023, ont rehaussé de leur présence ce lundi 5 février 2024, à  la session extraordinaire inaugurale de quatrième législature de la 3e République. Cette  séance présidée par le haut gradé de l'administration s'est soldée par l'installation du bureau provisoire . 

Ce bureau provisoire est constitué principalement des députés Afounde Afongenda Sumbu ,le doyen de tous les élus , suivi de   Jacques Anzatepedanga et  Jacques Sangba, respectivement président, Rapporteur et Questeur,  Conformément à la constitution.

Ces élus qui constituent le bureau Provisoire ont comme mission : valider le mandat des députés provinciaux,  élaborer le règlement intérieur  et organiser l'élection du bureau définitif de l'Assemblée Provinciale du Haut-Uele.

Devant la presse locale au sortir de cette plénière dite « de prise de contact», le député Jacques Anzatepedanga, rapporteur du bureau d'âge a laissé entendre qu'il est temps de se mettre au travail et corriger les erreurs du passé notamment,  voter les édits et contrôler systématiquement le Gouvernement provincial.  


Cet élu du territoire de Wamba pour le compte du parti Action pour le Renouveau et le Développement du Congo , ARDC en sigle du sénateur Jean Bakomito, se dit être du côté de peuple qui exige le changement. 

«(...) très heureux de faire partie des membres du bureau d'âge au sein de l'Assemblée Provinciale, en cette plénière inaugurale et je remercie la base qui m'a massivement élu. C'est aujourd'hui même que le travail doit commencer conformément à la mission que la constitution nous a donné. On doit travailler dur, afin de corriger les erreurs du passé, c'est-à-dire proposé et voter les édits, contrôler le Gouvernement provincial et j'en pense. La population qui m'a élu réclame le changement, qui suis-je pour bouder la  volonté du peuple ?  Avec l'aide du Seigneur, on doit coûte que coûte amener ce changement que le souverain primaire attend de nous...», indique Jacques Anzatepedanga. 

Rédaction