L'assurance credible de vous informer sans deformer

RDC : le mandat de la Monusco prolongé d' un an!


Le Conseil de sécurité de l’ONU a renouvelé, mardi 19 décembre à New-York ,aux Etats-Unis, pour un an, soit jusqu’au 20 décembre 2024, le mandat de la MONUSCO .

Au terme de cette réunion de haut niveau, le Conseil de sécurité des Nations Unies a maintenu les trois tâches prioritaires de la mission onusienne en RDC, conformément à l’accord conclu avec le gouvernement congolais sur le plan de sa transition révisée.

Parmi ces taches , il y a la protection des civils, le soutien au désarmement, à la démobilisation, la réintégration et à la stabilisation ainsi que le soutien à la réforme du secteur de la sécurité.

Proposé par la France, le projet de résolution renouvelant le mandat de la MONUSCO note des phases de désengagement proposées et décide que la mission retirera sa Force du Sud-Kivu  fin avril 2024

Cette Résolution renouvelant le mandat de la Monusco limite la mise en œuvre de son mandat aux provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri à partir de mai 2024.  Il s'agit d'un retrait progressif des casques bleus de RDC.

 Le retrait de la force onusienne présente depuis 1999 sur le territoire congolais sera anticipé mais " progressif ". 

Le gouvernement congolais estime que la Monusco n'a pas su apporter de réponse définitive à la grave crise sécuritaire qui mine l'est du pays. 

En septembre dernier, Kinshasa  a même déclaré que la force onusienne s'était " disqualifiée ".

Le Conseil de sécurité de l'ONU a  rappelé son "inquiétude concernant l'escalade de la violence " dans l'est du pays. La cheffe de la Monusco, Bintou Keita, a également fait part d'un risque de " confrontation militaire directe " avec le  Rwanda , accuser de soutenir le M23 qui déstabilise la partie Est du pays.

Plusieurs membres du Conseil, notamment les États-Unis, ont émis des doutes sur le fait que les forces congolaises soient prêtes à remplacer la Monusco pour assurer la sécurité de la population.

 "Les membres de ce Conseil suivront les choses de près, au moment où le gouvernement de RDC veut assumer la pleine responsabilité de la protection des civils avec le retrait de la Monusco ", a  souligné l'ambassadeur américain adjoint aux Nations Unies,Robert Wood. De son côté, l'ambassadeur congolais à l'ONU Zenon Ngay Mukongo, dans une prise de parole très courte, a simplement tenu à  remercier  le Conseil de sécurité.               

GK