L'assurance credible de vous informer sans deformer

Mahagi : Un suppléant(UDPS) menace l'Union sacrée autour de l'argent de la presse après le passage de Bemba



Le violon ne s'accorde pas entre la presse de Mahagi et les membres de l'Union sacrée dans coin de la République démocratique du Congo après le passage du vice premier ministre et ministre de la défense nationale, Jean Pierre Bemba Gombo.

Ce samedi, 09 décembre, monsieur Samuel Munguromo, président sous sectionnaire de l'UNPC de Mahagi, suppléant du candidat député national Robert Agenong'a, membre de l'UDPS et membre de l'équipe de campagne du président de la République est monté au créneau. Ce dernier accuse un des Communicateur de l'Union sacrée de la nation à Mahagi d'avoir annoncé une somme de 500 dollars américains à la presse qui malheureusement a créé de scénarios sans complaisance. 

Pour Samuel Munguromo, président sous sectionnaire de l'Union Nationale de la  presse du Congo, Mahagi, Il s'agit d'une forme d'ingratitude" C'est avec étonnement et déception que la presse de Mahagi  saisi votre micro après le passage de VPM , Jean pierre Bemba Gombo, ministre national de la défense que l'enveloppe destinée à la presse de  Mahagi n'a pas été remise à la corporation. Curieusement jusqu'à la fin de l'activité, le MLC a déclaré que la presse n'était pas budgétisé. Nous avons regretté ce comportement et nous invitons les organisateurs à remettre ce montant  annoncé de 500$ déjà, au cas contraire, nous allons prendre des dispositions nécessaires dans le cadre de l'accompagnement de activités politiques. Il sort d'ingratitude après une activité où il y'a une forte mobilisation accompagnée par la presse, la retransmission en directe, la couverture médiatique. Nous invitons le MLC dans 24 h de déposer l'enveloppe" a déclaré, Samuel Munguromo, président de l'UNPC Mahagi et suppléant d'un candidat à la députation nationale de l'UDPS. 

Selon un cadre de l'UDPS sous couvert de l'anonymat, cette situation est tellement grave que le présidium de l'USN se réunira en urgence pour statuer sur le cas de ce suppléant ainsi que son candidat qui se cachent derrière la presse afin d'amadouer le pouvoir. Une enquête sera diligentée et le cas sous examen sera sanctionné car la presse reste un partenaire privilégié du pouvoir. " Ceci est une haute trahison et sera sanctionné politiquement" a-t-il dit sans plus de commentaire.

Il sied de signaler que la presse reste au milieu du village entre les politiques tant de l'opposition que du pouvoir pour informer, éduquer la masse pour un bon choix. 

Rédaction