L'assurance credible de vous informer sans deformer

Campagne électorale à Beni : Gédéon Bako salue la maturité politique de la population

 

Le jeune visionnaire et engagé dans le développement de la région de Beni, Gédéon Bako salue ce qu'il qualifie de "maturité politique" de la population de Beni-ville et territoire pendant cette période de la campagne électorale en prélude des élections générales prévues le 20 décembre 2023 en République démocratique du Congo.

Dans une interview nous accordée mardi 28 novembre 2023, ce jeune leader a félicité la population de la région de Beni pour l'accueil réservé à tous les candidats députés provinciaux, nationaux et les candidats à l'élection présidentielle. Pour lui, la population de cette partie de la province du Nord-Kivu, se distingue par le fait de prêter oreilles à tous les candidats quelque soit, leurs appartenances politiques. 

Il estime que ce geste prouve la maturité politique de cette population meurtrie, et cela, contrairement à la campagne électorale de 2018 durant laquelle, certains candidats députés provinciaux, nationaux, et même les candidats présidents de la République y étaient chassés par des pierres lors de leurs meetings. 

Gédéon Bako a profité de cette occasion pour appeler les leaders politiques de la région, à se positionner non seulement du côté du pouvoir, mais aussi au sein de l'opposition.

« J'appelle tous nos leaders du Nord-Kivu d'avoir le souci d'être partout. Une partie peut être dans la majorité et l'autre dans l'opposition car on ne sait jamais, imaginez-vous si par exemple, on se relie seulement du côté du pouvoir et lors des élections, c'est l'autre côté qui gagne, on va observé un vide politique et la population risquerait de ne pas être bien représentée dans les institutions de prise des décisions » a déclaré Gédéon Bako.

À lui d'ajouter :

« En se référant à la situation qui s'était passée à Beni en 2018, on avait jeté des pierres à certains candidats présidents de la République et c'est de ce côté qu'on a eu l'actuel président de la République, imaginez-vous s'il avait ce souvenir triste, on allait subir les conséquences, mais il a pardonné. Mais actuellement, je comprends que la population a changé, si c'est Fayulu qui arrive, on l'écoute, si c'est Katumbi, on l'écoute et les autres comme Denis Mukwege ont été tous bien écoutés et j'espère que Félix Tshisekedi sera aussi écouté et chacun connaît son candidat malgré tout ».

Gédéon Bako a en outre, appelé les candidats surtout à l'élection présidentielle à ne pas tromper la vigilance et/ou la conscience de la population de cette région qui fait face depuis plusieurs années, à une insécurité sans précédent. Il les appelle, à matérialiser leurs différentes promesses faites à cette population.

Elias Aungama