L'assurance credible de vous informer sans deformer

Watsa : Imbroglio au sein de la société civile forces vives, Azomoutunde Batugodi REMACLE dénonce l'incompétence des dirigeants et de coordonnateur provincial



La société civile forces vives , antenne de Watsa est gérée ces derniers jours indésirablement à l'attente de la population de ce territoire , poumon économique du Haut-Uélé. 

Chaque jour, les violons sont loins de s'accorder entre les différents membres qui constituent le bureau de cette structure citoyenne. Après quelques mois seulement des élections , les résultats négatifs  sont éloquents, le constat est amère,  et  les affaires courantes sont gérées comme les affaires coutumières . L'insubordination est devenue une habitude continuelle, en tout cas rien ne va . 

Après le soulèvement des  des exploitants artisanaux et d'autres couches de sociales Watsa contre ce qu'ils qualifient d'incompétence de Mr. BARON, le président territorial de cette structure , le Vendredi passé , c'était le tour de Mr  . Jean-Pierre Atsidri , qui en est le premier vice-président .

Un groupe des jeunes en colère ont pris d'assaut le bureau de cette structure citoyenne en cité de Watsa et ont profité pour  le scellé . Ces derniers parlent  de l'incompétence de Mr. Atsidri devant ses responsabilités. 

Azomoutunde Batugodi REMACLE , le Vice-président de la ligue MBILA , une ASBL regroupant les 3 secteurs et 6 chefferies du territoire de Watsa , et  vaillant Notable  du milieu,  condamnant  avec fermeté ce tohu bohu qui  se fait observé dans cette structure , alors que les problèmes à résoudre sont nombreux dans la communauté , pointe du doigt le coordonnateur provincial qu'il juge incompétent face à son silence sur la situation .

Pour lui, le mal serait parti en amont par une mauvaise organisation de l'Assemblée générale et élective , laquelle n'aurait pas tenu compte de la représentativité de toutes les associations du territoire de Watsa.

Il ajoute que c'est le résultat de cette élection bâclée qui a fait naître les incompétents à la tête de la structure , et les conséquences sont aujourd'hui fâcheuses entre-autres la mégestion , le conflit d'intérêts personnels au détriment de ceux de la communauté, mais aussi plusieurs détournements des intérêts de la communauté .

Face à cette situation,  Azomoutunde Batugodi REMACLE déplore le silence des confessions religieuses  et le modus operandi raté du coordonnateur provincial de la société civile forces vives , l'abbé Georges SEMENDE qui, selon lui  a installé ses mercenaires pour privilégier ses intérêts et laisser la population dans la perte totale .

Il lance l'appel à toute la  population du territoire de  Watsa d'ouvrir les yeux et de procéder par une nouvelle assemblée générale et élective  , car jusque là la structure de la société civile forces vives du territoire de Watsa  n'existe pas dit-il 

Redaction