L'assurance credible de vous informer sans deformer

Audit externe du fichier électoral en RDC : Educiel désapprouve la procédure

 

La Commission d’éducation civique et observation électorale (EDUCIEL) par l'entremise de son coordinateur national et porte parole , Professeur Carlos Mupili n'est pas d'accord avec la mission de l'audit externe du fichier électoral . Me Carlos Mupili évoqué les  raisons qui poussent sa structure à s'opposer à cette mission. 

Pour lui,  l'audit interne est encore en cours et la CENI n'a pas encore un fichier électoral consolidé,ce qui confirme qu'elle est en retard de son calendrier qui a fixé au point 34 que le 14 mai ,la fin de consolidation de fichier électoral.

Il signale  que  l'Appel à candidatures présente des faiblesses par le fait que la  CENI sélectionne des personnes physiques à la place des personnes morales de droit privé ou public étranger réputée cabinet d'audit du fichier biométrique. Il fustige 

la complaisance sur le profil des candidats auditeurs avec des domaines qui ne riment pas avec les objectifs spécifiques et les produits attendus.Carlos Mupili dénonce également la légèreté sur les éléments constitutifs du dossier qui se limitent qu'à une lettre de motivation et un CV sans exigence des photocopies des diplômes des candidats.

"Le bureau de la CENI se substitue à la Cellule de gestion des marchés publics. Le bureau composé de 7 membres prêtent traiter pendant 48 heures les 212 dossiers reçus sans passer les candidats par interview ni vérifier leur déclaration par les copies des diplômes",dénonce Me Carlos Mupili. Ce dernier est contre la manière dont les choses se passent à la cennrapport avec le processus électoral en cours. Ainsi, EDUCIEL s'apprête à jouer le rôle de héros pour sauver le processus électoral du kidnapping par les architectes du chaos électoral

Et L'EDUCIEL demande à la CENI de  surseoir cette aventure de la mission mixte car ce rapport sera rejeté par les parties prenantes, saisir la Cour constitutionnelle à travers un Président d'une Chambre du Parlement pour régler le cas de la force majeure sur le sort des congolais non encore enrôlés dans les zones de conflits à Kwamouth, Masisi et Rutshuru.

GK