L'assurance credible de vous informer sans deformer

RDC : pour Iracan Gratien, Noël Tshiani et consorts doivent être poursuivis par la justice pour leur loi discriminatoire

 

La proposition de « Loi Tshiani », portée par le député national Nsingi Pululu, continue de susciter des réactions au sein de l'opinion nationale, après qu'elle soit insérée dans le calendrier des matières à aborder au cours de cette session de mars 2023.

Pour le député national Iracan Gratien de Saint-Nicolas, Délégué Général, Haut représentant en charge des relations avec les élus nationaux et provinciaux au sein du parti politique Ensemble pour la République, Noël Tshiani et ses collaborateurs doivent être poursuivis par la justice pour cette proposition de loi qui s'inscrit dans le cadre de la discrimination de certains Congolais. 

L'élu de la ville de Bunia en Ituri et proche de Moïse Katumbi ; précise que toute tentative d'alignement d'une pareille proposition de loi sur la Congolité qui est en contradiction avec un traité international ne doit pas se faire à l'Assemblée nationale.

« Noël Tshiani et consorts doivent être poursuivis par la justice » a-t-il clamé.

Iracan Gratien de Saint-Nicolas promet de mobiliser le peuple congolais pour la signature d'une pétition qui sera en suite, adressée aux autorités congolaises et au SG des Nations-Unies quant à ce.

« Toute tentative d'alignement d'une quelconque proposition en contradiction avec un traité international ne doit pas se faire à l'Assemblée nationale. La RDC a ratifié le 1er novembre 1976 le pacte international relatif aux droits civils et politiques suivant la résolution de l'Assemblée générale de l'ONU adoptée le 16 décembre 1966. Article 20 : interdiction de toute propagande en faveur de la guerre et l'incitation à la discrimination. Nous allons mobiliser le peuple pour la signature d'une pétition adressée aux autorités congolaises et au secrétaire général des Nations-Unies » a écrit, Iracan Gratien sur son compte Twitter.

Plusieurs couches sociales que politiques estiment que le contexte actuel d'insécurité dans l'Est et dans l'Ouest du pays n'est favorable ni à l'examen, ni à l'adoption d'une telle proposition de loi.

Certains que nous avons interrogé à Goma, appellent la population congolaise, à privilégier la cohésion et l'unité nationale pour ne pas tomber dans les actes d'intolérance politique.

Notons que la proposition de loi "Tshiani" exclut l'accès aux postes dits de "souveraineté " au candidat marié à un étranger, à un Congolais naturalisé, ou d'un seul parent congolais. Ces postes sont notamment, la présidence de la République, la présidence du Sénat et de l'Assemblée nationale, ainsi que la cour constitutionnelle.

Elias Aungama