L'assurance credible de vous informer sans deformer

Insécurité au Nord-Kivu : l'exécutif national vole au secours des déplacés de guerre, 250 tonnes d'assistance réceptionnées à Goma

 


La situation humanitaire née de la recrudescence de l'insécurité dans la province du Nord-Kivu suite notamment à l'activisme de l'ADF dans la région de Beni et du M23 soutenu par le Rwanda dans la partie Sud de la province ; demeure préoccupante. Dans le souci de redonner le sourire aux déplacés de guerre cantonnés dans les sites, le gouvernement congolais vient d'envoyer une assistance humanitaire à leur égard.

Le premier long évalué à 250 tonnes des vivres et non vivres, a été réceptionné par le gouvernement provincial du Nord-Kivu ce jeudi 23 mars 2023 à Goma chef-lieu de la province du Nord-Kivu. Cette assistance du gouvernement Sama, destinée aux déplacés de guerre en province, est constituée des sacs de haricots, de la farine, du riz, des bidons d'huile aux côtés de plusieurs autres.

D'après Hubert Tetika, Directeur de cabinet du ministre des Affaires sociales, actions humanitaires et de la solidarité nationale, le deuxième long va bientôt aussi être envoyé dans cette partie du pays afin d'être distribué par l'exécutif provincial aux bénéficiaires.

« Nous subissons une agression injuste du M23 soutenu par le Rwanda et ce qui a occasionné un déplacement interne de nos compatriotes. C'est comme ça qu'il a plu aux autorités du pays qui ont responsabilisé le ministre des Affaires sociales, actions humanitaires et solidarité nationale pour apporter une assistance à nos populations. Aujourd'hui, nous remettons symboliquement cette assistance au gouvernement provincial pour qu'il se charge de sa distribution. Mais avant de venir ici, on vient de nous informer qu'un autre long va suivre incessamment » a dit Hubert Tetika, Directeur du patron des affaires sociales, actions humanitaires et solidarité nationale en RDC.

Réceptionnant cette assistance au nom du gouvernement de province, le général Mayala, un des conseillers principaux de l'autorité provinciale a salué le geste posé par le gouvernement congolais à l'égard des nombreuses familles déplacées suite à atrocités rebelles dans la région. Il a tout de même, rassuré de la canalisation de cette aide aux ayants droit.

« C'est au nom du gouverneur de province que je reçois de vos mains l'assistance du gouvernement central destinée aux déplacés de la guerre nous imposée par le Rwanda via le M23. Nous ne pouvons que vous remercier au nom de cette population. Soyez rassurés que ce geste arrivera en destination » a-t-il dit.

Présent dans la cérémonie de réception symboliquement de cette assistance, le député national Patrick Munyomo a pour sa part, encouragé l'exécutif national pour le geste posé et surtout à prendre des dispositions nécessaires afin que la population de cette partie de la République démocratique du Congo respire l'air d'une paix durable.

« Aujourd'hui, nous sommes ici à Goma ; nous venons de recevoir un premier long de l'assistance du gouvernement central et en tant que parlementaire, je devais me rassurer si réellement l'assistance est bien arrivée. C'est l'occasion, au nom de toute la population du Nord-Kivu de remercier le gouvernement et de dire que nous sommes ensemble. Nous espérons que le gouvernement va continuer à prendre des dispositions pour qu'enfin, la province puisse redorer la paix » a déclaré Patrick Munyomo, élu de la ville de Goma.

Au moins 1 million des personnes ont besoin d’une assistance urgente dans les provinces du Nord-Kivu, de l’Ituri et du Sud-Kivu, d'après le Programme alimentaire mondial (PAM) dans son rapport parvenu à notre rédaction mercredi 22 mars.

Selon le rapport de cette agence du système de l’ONU, les affrontements entre l’armée et les rebelles du M23 dans le territoire de Masisi ont poussé plus de 10 000 familles à fuir leurs entités pour se réfugier aux camps à Bulengo et Lushagara, autour de Goma, pendant que d’autres ménages ont pris la direction du Sud-Kivu.

Dans ce document, le PAM déplore que les familles déplacées, installées depuis plusieurs mois maintenant dans les camps à Nyiragongo et Rutshuru ne puissent pas rentrer chez elles en raison des affrontements, malgré le cessez-le-feu recommandé plusieurs fois, par les chefs d'États de la Communauté d'Afrique de l'Est, EAC.

Elias Aungama à Goma