L'assurance credible de vous informer sans deformer

Activisme du M23 : le député Jean-Baptiste Kasekwa adresse une question écrite au VPM de l'intérieur

 

Le député national Jean-Baptiste Muhindo Kasekwa a déposé ce mercredi 1er mars 2023 au bureau de l'Assemblée nationale une question écrite adressée au Vice-premier ministre, ministre de l'Intérieur et sécurité, relative à l'agenda du séjour d'une délégation officielle du M23 à Kinshasa depuis octobre 2020.

Jean-Baptiste Kasekwa indique que sa démarche parlementaire fait suite à la lettre du vice-premier ministre, ministre de l'Intérieur et sécurité stipulant : « Une délégation officielle du M23 séjourne à Kinshasa depuis le mois d'octobre 2020 avec pour mission de présenter son soutien total et sans faille au chef de l'État dans sa vision pour la paix et le développement du pays. Les différents échanges menés par mon équipe, sous ma supervision personnelle avec cette délégation, sont bien documentés et ont permis d'établir une feuille de route dont l'issue convenue est la reddition totale de près de 6 000 éléments du M23 ».

L'élu de Goma au Nord-Kivu demande au VPM de l'intérieur d'éclaircir l'opinion publique nationale sur les questions ci-après :

• Qu'est-ce-qui explique la résurgence du M23 en dépit de la feuille de route convenue à l'issue de vos échanges ?

• Qu'avez-vous convenu exactement avec le M23 ?

• Comment expliquez-vous la coïncidence entre les premières offensives du M23 en novembre 2021 et la fin du délai maximum de neuf mois à dater de février 2021 tel qu'indiqué dans votre lettre ci-haut ?

• Quels sont les noms de membres de ladite délégation officielle du M23 ? 

• Comment sont-ils répartis librement de Kinshasa pour aller reprendre les offensives contre les FARDC en territoire de Rutshuru sans que vous n'ayez eu la possibilité de les arrêter à l'occasion de leur séjour à Kinshasa ?

La situation sécuritaire reste préoccupante dans les territoires de Rutshuru, Masisi et dans une partie de Nyiragongo suite à l'activisme du M23 soutenu par le Rwanda. Ce mouvement terroriste contrôle plusieurs localités dans ces trois territoires sous la barbe impuissante non seulement de la Monusco, mais aussi de la force régionale de l'EAC déployée dans la région il y a plusieurs mois.

Elias Aungama