L'assurance credible de vous informer sans deformer

Elections de 2023 en RDC : « Si le président Félix est conscient, qu’il ne soit pas candidat, car il aura difficilement 2 %, mais en vérité, il aura 0,003 % »

 

Les partis politiques et personnalités politiques se mobilisent pour la tenue des élections en République démocratique du Congo d’ici décembre 2023 conformément au calendrier électoral récemment publié par la CENI. Pour le député national Iracan Gratien de Saint-Nicolas, membre d’Ensemble pour la République de Moise KATUMBI ; l’actuel président de la République devra user d’une sagesse et conscience pour ne plus se porter candidat président de la République afin d’éviter un quelconque ridicule après publication des résultats.

Au cours d’une interview nous accordée ce week-end à Goma, cet élu de la ville de Bunia en Ituri, estime que le président Félix Antoine TSHISEKEDI aura difficilement 2 % aux élections, car dit-il, son bilan est largement négatif et précise que le peuple congolais en est conscient et déterminé à sanctionner ceux qui ne l’ont pas bien servi.

Rassuré de la victoire d’Ensemble pour la République ; aux prochaines élections, le député national Iracan Gratien croit même que l’entourage de l’actuel chef de l’Etat ne votera pas pour lui vu la situation socio-économique, politico-administrative et sécuritaire qui prévaut au pays.

« Nous allons gagner les élections en 90 % et les autres vont se partager les 10 % restants et je suis sûr que le président en exercice, aura 2 % et là, on connaît qui vont voter pour lui. Ces gens qui chantent dans les 26 provinces qu’ils vont voter pour lui, c’est faux. Même dans le grand Kasaï, il ne sera pas voté, par ce qu’aujourd’hui, cette partie est devenue une zone qui souffre sérieusement. Vous pensez que le Congolais est bette pour aller voter quelqu’un qui est l'auteur de sa souffrance. Il aura difficilement 2 % constitués des membres de sa famille et de quelques conseillers de son cabinet ou de quelques corrompus. Les 2 %, c’est par chance, mais en vérité, c’est 0,003 %. Si le président Félix est conscient, qu’il ne puisse pas se présenter candidat aux élections et là, il serait très sage pour éviter le ridicule. En France, François Hollande avait vu qu’il n’est plus populaire, il avait abandonné. Même cas avec Nicolas Sarkozy » a fait savoir Iracan Gratien de Saint-Nicolas, élu de Bunia.

Celui-ci a également précisé qu’Ensemble pour la République est prêt à affronter tout ce qu’il juge de piège du pouvoir en place, via la CENI et doute du respect du calendrier électoral déjà en cours avec l’enrôlement dans la partie Ouest du pays.

Tout en mettant en garde la Commission Électorale Nationale Indépendante et l’actuel régime pour toute tentative des tricheries électorales ; Iracan Gratien, appelle la population congolaise en général, en particulier celle de la partie Orientale du pays ; à s’enrôler massivement afin de prendre part aux élections prévues en décembre 2023 dans le souci selon lui, de changer ce système et/ou pouvoir qu’il accuse d’incompétence et d’incapacité de répondre aux attentes du peuple congolais.

« Pour nous, Ensemble pour la République, c’est la population qui compte et celle-ci est engagée pour changer les choses positivement. Nous allons affronter toutes les difficultés ou pièges tendues par la CENI et nous rassurons le peuple congolais que nous serons aux élections par ce que nous sommes convaincus de notre victoire » a ajouté le député national Iracan Gratien de Saint-Nicolas.

Selon le calendrier électoral publié par la Commission Électorale Nationale Indépendant le 26 novembre 2022, les députations nationales et provinciales, mais également l'élection des conseillers communaux sont prévues le 20 décembre 2023. Ces scrutins seront précédés d'une campagne électorale du 19 au 18 décembre de l'année prochaine. 

La publication des résultats provisoires de l'élection présidentielle interviendra le 31 décembre, avant la proclamation des résultats définitifs, le 10 janvier, par la Cour constitutionnelle. La prestation de serment par le président de la République qui sera élu est programmée pour le 20 janvier 2024.

Elias Aungama