L'assurance credible de vous informer sans deformer

Élections de 2023 en RDC : Ensemble pour la République affûte ses armes et dit non au glissement


Plusieurs partis politiques s'activent pour conquérir le pouvoir à l'issue des élections de décembre 2023 en République démocratique du Congo. C'est à l'instar du parti politique Ensemble pour la République cher à Moïse Katumbi, un parti qui est déjà en ordre de bataille. Sur presque toute l'étendue du territoire national ; une étape cruciale a été franchie par cette famille politique en prélude aux élections prochaines.

Ensemble pour la a organisé une matinée politique mardi 24 janvier 2023 dans la ville de Bukavu au Sud-Kivu. Au centre de cet échange avec les militants, cadres et autres membres du parti ; la délégation conduite par le député national Iracan Gratien de Saint-Nicolas a échangé sur les enjeux politiques actuels et surtout dire non au glissement qui serait pressenti au pays.

Cette matinée politique s'inscrivait également dans le cadre de mobiliser la population congolaise de cette partie du pays ; à s'enrôler massivement et de demeurer vigilante après le vote d'où la nécessité de quitter les centres de vote après affiche des résultats de vote afin d'éviter des tricheries électorales.

« Nous avons été à Bukavu pour observer et passer le message du président national, non au glissement. Nous sommes en train de sensibiliser pour qu'aujourd'hui, les voix du peuple congolais ne soient pas détournées et qu'il s'assure que tout est bien fait » a fait savoir le député national Iracan Gratien, cadre d'Ensemble pour la République de Moïse Katumbi.

Moïse Katumbi, le candidat crédible et plus populaire

C'est sous une satisfaction non seulement des participants, mais aussi des délégués d'Ensemble pour la République, que cette matinée politique a été clôturée dans la soirée de mardi 24 janvier.

Iracan Gratien de Saint-Nicolas s'est réjoui de l'engagement et accompagnement indéfectible de presque toute la population, à Moïse Katumbi pour accéder à la magistrature suprême.

« Aujourd'hui, le président Moïse Katumbi est un candidat incontestable. C'est un candidat qui bénéficie du soutien de tout le peuple congolais en général. Au moins 90 % soutiennent Moïse Katumbi. Il est le candidat le plus aimé de la population et il demeure le plus crédible. La réaction à Bukavu a été positive » s'est-il réjoui. 

Non au glissement envisagé par le pouvoir en place

L'émissaire de Moïse Katumbi a par ailleurs, indiqué que plusieurs signes montrent actuellement, en suffisance le manque de la volonté par le pouvoir en place, d'organiser les élections au délai constitutionnel. 

Il estime que le maintien de l'état de siège dans les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri, en dépit de son résultat largement mitigé, serait une stratégie pour le régime actuel d'hypothéquer le processus électoral au pays.

« On voit que l'état de siège a échoué complètement pourquoi on ne veut pas lever cette mesure ; on se demande pour quelle raison et on a mis les députés dans une condition où ils sont utilisés pour continuer à proroger et on se couvre derrière l'insécurité à l'Est. La situation que nous connaissons aujourd'hui, avec l'enrôlement des électeurs, montre qu'il y a de doute sur le respect du calendrier électoral » a fait savoir Iracan Gratien.

À lui d'ajouter :

« Nous crayons aussi aujourd'hui, que la guerre à l'Est soit un prétexte pour le glissement » a-t-il ajouté.

À en croire, le calendrier, la présidentielle, les députations nationales et provinciales ainsi que les élections des conseillers communaux sont prévues le 20 décembre 2023. Ces scrutins seront précédés d'une campagne électorale. 

La publication des résultats provisoires de l'élection présidentielle interviendra le 31 décembre, avant la proclamation des résultats définitifs, le 10 janvier, par la Cour constitutionnelle. La prestation de serment par le président de la République qui sera élu est programmée pour le 20 janvier 2024.

Elias Aungama